Les vergers

Les collections de variétés anciennes

Pour être plus précis, les collections de variétés anciennes regroupées au sein de l’arboretum, comprennent des cultivars fruitiers (variétés obtenues en culture) que nos parents, et grands parents possédaient dans leurs jardins. On pourrait dire aussi : ‘les variétés oubliées’.  Elles ont été négligées et remplacées par des variétés nouvelles apparues sur le marché. Plus spectaculaires par la couleur et la grosseur, mais malheureusement souvent sans goût et sensibles aux maladies, alors que, les vieilles variétés, mieux adaptées à l’environnement, développent un panel de goûts et de texture incomparable.

Parmi elles, ont peut découvrir  dans les collections de l’arboretum des variétés perdues, trésor inestimable de notre histoire, qui avaient totalement disparu du circuit commercial et qui ont été retrouvées par des passionnés dans de vieux jardins parfois abandonnés.

Engagés dans une politique plus respectueuse de notre écosystème, nous avons fait le choix de cultiver ce patrimoine, convaincus que ces banques génétiques vont servir dans un avenir très proche.

Il est impensable de laisser se perdre le résultat de travaux accumulés au cours des temps par les jardiniers, arboriculteurs, pépiniéristes et chercheurs. Ce travail, cette connaissance, qui a son origine dans la lointaine antiquité au tout début de l’agriculture, amélioré sans cesse par la maîtrise des croisements et des greffes et qui apporte des fruits sur nos tables, reste un des grands acquis de l’activité humaine qu’il faut préserver.

Avec ses 1500 arbres fruitiers, l’arboretum est riche de 273 variétés différentes, en une vingtaine de genres. Voici quelques exemples

–   Parmi les 29 variétés de pommiers citons :  ‘Fenouillet Gris’ (déjà connue en 1628), ‘Pomme Pays Bou’,  ‘Teint frais du

Sud-Ouest’ (Quimperlé 1760), Belle Lourannaise’, ‘Pomme Cloche’,(vieille variété Suisse, XVI siècle) Pomme d’Enfer’ (Grand Duché de Bade), ‘Pomme Suzette’ (1642 : pomme Suzine), ‘Pomme Taupe’ (Ariège), ‘Court pendue des Pyrénées’ (avant 1400)

– Les cerisiers avec les 38 variétés introduites, nous font redécouvrir : ‘Cerise Blanchard’ (Ain, 1844), ‘Belliquette’, Amourette’, ‘Sainte Marie’ (Gironde), ‘Noire d’Itxassou’ (XII siècle), ‘Tonkinoise’.

– Parmi les pêchers, brugnon ou nectarine : Brugnon ‘Rosé de septembre’(Gironde), Pêche Blanche Téton’, Nectarine ‘Alberge’, ‘Milacoton de Septembre’, Pêche ‘Roussane de Rodez’.

– Dans les pruniers : ‘Royale de Carcasonne’, ‘Reine Claude d’Oullins ‘ (origine Fr.1860), Prune ‘Caprane’ (du Lot & Garonne), ‘Saint- Léonard’ (du Limousin), ‘Reine Claude de Bavay’ (1841).

– Pour les abricotiers, nous avons : ‘Abricot Pêche de Nancy’ (avant 1755), ‘Précoce de Saumure’, ‘Commun de Clairac’ Lot et Garonne).

Le verger conservatoire est un lieu de « mémoire » et de conservation de la diversité biologique et génétique de variétés.

Le plus souvent collection d’espèces fruitières,  anciennes de fruits.